Littérature américaine

The Vampire Diaries, The Awakening (t.1) — L.J. Smith

 Harper Teen — 252 pages — 1991

 Elena : the golden girl, the leader, the one who can have any boy she wants.

 Stefan : brooding and mysterious, he seems to be the only one who can resist Elena, even as he  struggles to protect her from the horrors that haunt his past.

 Damon : sexy, dangerous, and driven by an urge for revenge against Stefan, the brother who betrayed him. Determined to have Elena, he’d kill to possess her.

La photo que je montre ici est celle du livre que j’ai effectivement et qui contient les deux premiers tomes de la série. Le nombre de pages correspond simplement à celui du volume que j’ai lu. Cela faisait quelques temps que je regardais le bouquin sur mon étagère de bibliothèque, me demandant quand je le relirai. J’avais déjà connaissance de ce tome-là et ce ne fut donc plus une surprise. L’histoire est globalement connue, mais il est toujours bon de la rappeler. Elena Gilbert, « reine » de son lycée, a perdu ses parents il y a 3 ans de cela et vit à Fell’s Church avec sa tante Judith et sa petite sœur Margaret. La ville fait resurgir maints et maints souvenirs et elle aime se rendre au cimetière pour « rendre visite » à son père et sa mère. À la rentrée, elle rencontre un nouvel élève, tout droit venu d’Europe et qui s’appelle Stefan Salvatore. Bien vite, elle se rend compte qu’il n’est pas comme les autres garçons ; quelque chose en lui l’attire irrésistiblement … Jusqu’à l’en rendre malade. Je ne vais pas dévoiler ce qui suit, tout le monde s’en doute plutôt bien à mon avis. Je trouve l’idée de base assez originale. Il ne faut pas oublier que ce roman a été écrit bien avant Twilight et que Stephenie Meyer semble avoir légèrement pompé sur L.J. Smith. Cependant, comme la série ressort après le succès de Twilight, on a une forte impression de déjà-vu à la lecture de The Vampire Diaries.

Par où commencer ? Il y a de bonnes et de mauvaises choses dans ce roman. Le premier tome est une véritable introduction et à mon avis, le deuxième sera bien plus « excitant ». En fait, c’est une sorte de prologue où l’on apprend à connaître les personnages, l’intrigue et où le monde de L.J. Smith est posé. Fell’s Church est une ville qui oscille entre côté glauque et côté joyeux, ce qui est parfois un peu perturbant. D’un coup, on passe d’une ambiance super estivale à une ambiance de cimetière le soir d’Halloween. D’ailleurs, j’ai préféré la seconde partie du livre, où l’on est véritablement plongé dans le monde vampiresque. Le début semble parfois un peu lent, quoique … En fait, j’ai la sensation que certains passages rapides auraient du être plus exploités et que certains longs moments auraient pu être raccourcis, mais ce n’est que mon avis personnel. Par exemple, la partie dans le cimetière avec Tyler, Vickie, Dick et Elena prenait trop de temps alors que j’aurais aimé qu’on en passe un peu plus sur le passé de Stefan, sur la description de Florence au XVème siècle. Toutefois, le tout est relativement bien expliqué et on ne demeure pas frustré à la fin de cette lecture. De plus, le style, en VO, est agréable et l’utilisation des termes descriptifs rend le tout très fluide, étonnamment. Ce que j’aime beaucoup, quand on lit les livres en VO, c’est qu’on ressent tout de suite ce que l’auteur a voulu faire passer et ici, ce fut très réussi.

Maintenant, quelques petites choses m’ont vraiment chiffonnée. Elena tombe, à mon goût, trop vite amoureuse et dans une proportion excessive. Elle mourrait sans lui, au bout d’à peine 50 pages. Je sais que c’est un vampire et que les vampires ont ce genre de pouvoir, mais tout de même, un peu de vraisemblance serait la bienvenue. Venons-en maintenant au personnage d’Elena. Au début, je la trouvais vraiment … odieuse, égocentrique, hautaine, vraiment la fille que tout le monde adore détester. Au fur et à mesure, elle s’assouplit, mais tombe un peu dans le niais parfois. Cependant, j’ai su admirer sa force de caractère, qui la rend plutôt attachante. Stefan est encore trop « plat », pour le moment. Trop soumis, quoique ce soit effectivement dans sa nature, du fait de sa « faiblesse ». Damon est peu présent, mais son ombre plane tout au long du roman. Ensuite, deux que j’adore : Meredith et Bonnie. Cette dernière est très intéressante, de par son côté « voyante » et magique. Meredith est en quelque sorte la « grande sœur », celle qui raisonne les gens et je l’imagine vraiment parfaitement dans ma tête.

J’ai vu quelques épisodes de la série et celle-ci ne respecte pas tout à fait le roman. En fait, tout est beaucoup plus mouvementé dans la série, mais je ne sais pas si je préfère ou non. Pour finir, je conclue en disant que c’était une lecture plaisante et rapide, mais que je suis pressée de voir s’il se passe un peu plus de choses dans le second tome !

Publicités

Une réflexion sur “The Vampire Diaries, The Awakening (t.1) — L.J. Smith

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s