Uncategorized

Fairy Tail, t.1 — Hiro Mashima

Les guildes magiques sont des associations qui proposent différentes tâches aux magiciens, allant de la recherche d’un objet au règlement de compte le plus brutal. Lucy, une jeune fille, rêve d’intégrer un de ces guildes. Un jour, elle rencontre Natsu, un magicien maîtrisant le feu, ce dernier l’invite alors à rejoindre sa guilde. Il s’agit de la célèbre Fairy Tail, le sujet de tous les rêves de Lucy. Mais la guilde Fairy Tail est bien mystérieuse et semble être à l’origine de nombreux scandales.

Je me suis replongée dans Fairy Tail grâce à Luthien (donc merci !). Cette série est actuellement de 19 volumes en France et de 27 au Japon, toujours en cours. Je pense que c’est typiquement le genre de manga qui aura une fin dans 107 ans, un peu comme Naruto, One Piece et compagnie. Toutefois, j’ai lu ce premier tome, ou plutôt relu, parce que l’univers magique m’intéresse. En shôjo, on sait à peu près à quoi ça ressemble, mais en shônen, c’est parfois plus développé. L’idée de ces guildes me semblaient originales — je ne m’y connais pas plus que ça en shônen, peut-être que c’est du déjà-vu. En tout cas, ça m’étonnerait que tous les shônens soient de cette facture. Je glisse juste au passage un petit mot sur l’édition : Pika Édition a toujours été une maison de qualité, à mon sens, le livre en lui-même est très soigné, et niveau couverture, ils ne sont pas foutus de nous. Ce n’est pas que du simple papier glacé, mais je ne vais pas m’étendre.

L’histoire est assez simple, mais je pense qu’il y aura des explications dans les prochains tomes. On est directement plongé dans le monde magique, et j’avoue que la petite introduction me plaît bien. On y voit le conseil magique en train de débattre des problèmes du monde et de justement mentionner Fairy Tail en termes assez peu élogieux. Puis on découvre Lucy, jeune fille de 17 ans, pratiquant la magie des constellations et cherchant une guilde pour laquelle elle pourrait travailler. Elle est forcément intéressée par Fairy Tail. Et en ville, il semble qu’un certain Salamander soit présent et puisse l’intégrer à cette fameuse guilde. D’un autre côté, on a Natsu et Happy — Happy étant un chat — arrivant eux aussi en ville pour voir ce fameux Salamander. Et je pense m’arrêter là pour la description, sinon, je vais tout vous révéler et ce ne sera pas drôle. Les personnages sont hauts en couleurs. J’aime beaucoup Lucy, parce qu’être une fille dans une guilde, c’est pas toujours évident ! Natsu et Happy sont quasiment calqué sur le même modèle en ce qui concerne la nourriture : de véritables ogres ! La particularité de Natsu, c’est qu’il est malade dans les transports en commun, ce qui rend certaines scènes assez coquasses. On découvre aussi d’autres héros et membres de la guilde. J’ai été marquée par Grey, qui semble ne se balader qu’en caleçon, et surtout le maître de la guilde, qui n’en à que faire des réprimandes du conseil. Tout ceci étant posé, les véritables aventures de Lucy et Natsu peuvent commencer !

Dans ce premier tome, on découvre assez peu de choses sur le monde magique. On apprend à connaître le pouvoir de Natsu, qui peut maîtriser le feu, et celui de Lucy, qui maîtrise les constellations et qui a besoin de clés pour pouvoir appeler les esprits. Par contre, on se rend vite compte que ces guildes fonctionnent comme de petites sociétés. Pour survivre, il faut y travailler et donc des annonces sont toujours épinglées sur les murs de la « maison-mère » si l’on peut dire ça comme ça. La paye est en joyaux, au royaume de Fiore, pays où l’histoire débute et où se situe le QG de la guilde. On en sait pas plus. Donc je vais me pencher sur un autre aspect primordial de ce manga : l’humour. Par petites touches, pas trop lourd, il permet d’en faire un shônen vraiment vraiment sympathique. Le caractère de Natsu est tel qu’il ne peut que faire rire et la pauvre Lucy, qui n’y connaît encore rien, se fait facilement embobiner. Certaines scènes prêtent à rire et la fin est à la fois marrante et pleine de suspense ! Je mentionne aussi le coup de crayon de l’auteur : il a donné une sacré tête à certains personnages … Le dessin est très minutieux, surtout lors des combats, ce qui rend la lecture très agréable.

Je conseille vraiment ce shônen, moi qui d’habitude n’en est pas friande. C’est le premier manga que je lis de cet auteur, et je pense que je vais continuer à lire cette série, jusqu’au bout s’il le faut ! J’espère simplement qu’Hiro Mashima saura toujours ménager du suspense et créer des situations inédites, ce qui n’est pas forcément évident en 27 volumes. Pour le moment, je sors enchantée de ce premier tome littéralement dévoré. Je vais de ce pas me lancer dans le 2ème !

Billet pour le Challenge Découverte des Mangas.

Publicités

3 réflexions sur “Fairy Tail, t.1 — Hiro Mashima

  1. Contente que ce manga t’ait plu ! 😀
    Les personnages sont vraiment particuliers et attachants. =]
    Oh et joyaux, c’est ma monnaie de Fiore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s